La Guerre d’Hiver : Finlande – URSS

CLERC, Louis. La Guerre Finno-Soviétique (novembre 1939 – mars 1940). Econimica, 2015. 212 p.

 

Le cas de la Finlande durant la Seconde Guerre mondiale m’a toujours impressionné, quoique jusqu’à présent je m’étais surtout concentré sur le cas aérien notamment à travers les travaux (en anglais) de Kari Stenman. Souhaitant actuellement étendre un peu des intérêts hors du domaine strictement aérien, j’ai cherché à me documenter davantage sur la Guerre d’Hiver et celle dite de Continuation.

Je suis, alors, tombé sur ce livre qui m’a rapidement attiré pour plusieurs raisons :
1 ° : Il est en français, cela change de lire en anglais ;
2 ° : On est rarement déçu par la qualité de la collection « Campagne et Stratégies » chez Economia ;
3 ° : L’auteur est signalé comme enseignant à l’Université de Turku en Finlande, ce qui laisse supposer un accès aux archives et documentations du pays, et non comme trop souvent à partir de sources secondaires traduites. Sur ce point, aucune déception vu la très riche bibliographie, dont une grosse partie en Finlandais.

Pour le reste, l’ouvrage est assez classique pour ce type d’histoire militaire, je ne reviendrais pas dessus.

Le gros intérêt réside dans quelques découvertes (tout au moins pour moi) :
1 ° : Si l’armée finlandaise a combattu héroïquement vu ses moyens, force est de constater que la Guerre d’Hiver se termine par un véritable miracle pour le pays. À la fin de la campagne, l’armée finlandaise est au bord de l’effondrement complet et il aurait été très facile pour l’Armée rouge d’occuper le pays. Heureusement pour les Finlandais, les dirigeants soviétiques sont impatients d’en terminer.
2 ° : Malgré sa résistance, le traité de Paix est extrêmement lourd sur le plan territorial pour la Finlande. On est loin de la semi-victoire ou défaite honorable souvent présenté. On comprend ici aisément la suite des événements et l’alliance avec l’Allemagne en 1941.
3 ° : Paradoxalement cette défaite se transforme partiellement en victoire du fait que le pays évite une annexion (ou Protectorat) par l’URSS. En outre, le souvenir de cette Guerre d’Hiver poussera les Soviétiques à accepter une paix de compromis en 1944 qui évitera à la Finlande d’être englobée totalement dans la sphère d’influence soviétique après la guerre.
4 ° : On est étonné par la faiblesse du soutien scandinave notamment suédois (malgré les traités et promesses d’avant-guerre). La Finlande est clairement laissée seule.
5 ° : À noter que l’ouvrage n’est pas uniquement sur la chose militaire, mais comporte de nombreux passages sur les structures sociales et l’attitude de la population afin de mieux comprendre cet affrontement de l’intérieur. C’est clairement ici qu’on voit l’avantage de disposer d’un auteur vivant sur place et lisant dans la langue locale.
5 ° : On appréciera beaucoup à la fin la petite mise en perspective sur le souvenir de cette guerre dans la mémoire russe et surtout finlandaise. Intéressant pour comprendre les positionnements sur le plan politique et international de ce pays actuel.

Clairement une synthèse de très haute qualité pour appréhender ce conflit parfois oublié ou présenté d’une façon très succincte. Et en français de surcroît.

Il ne reste plus qu’à espérer une suite sur « La Guerre de Continuation ».

NB : Juste deux (petites) critiques, l’absence d’illustration (mais c’est propre à la collection) et les cartes relativement peu lisibles (souvent en gros zoom et avec une multitude de noms de villages ou lieux, pas évident lorsqu’on ne maîtrise pas la géographie locale).

Pour information, le livre est disponible sur Amazon en cliquant sur ce lien (boutique France) ou cet autre lien (boutique Royaume-Unie).

 

Laisser un commentaire